À la tâche à venir (Celle d’enterrer le monde)

Cie Conférence pour les Arbres
Résidence
Photo de la pièce À la tâche à venir (Celle d’enterrer le monde) Photo de la pièce À la tâche à venir (Celle d’enterrer le monde) Photo de la pièce À la tâche à venir (Celle d’enterrer le monde) Photo de la pièce À la tâche à venir (Celle d’enterrer le monde) Photo de la pièce À la tâche à venir (Celle d’enterrer le monde) Photo de la pièce À la tâche à venir (Celle d’enterrer le monde) Photo de la pièce À la tâche à venir (Celle d’enterrer le monde)
Crédit photo : Marie LAGABBE
Catégorie unique
0€
0€
Personnes à mobilité réduite (P.M.R)
0€
0€
La Pokop, salle de spectacle Paul Collomp
La Pokop

Il faut qu’on parle des idées qui font leur place dans nos têtes comme un insecte creuse dans un tronc d’arbre. Il faut qu’on parle de comment on finit un monde. C’est quoi les temporalités personnelles de la fin et les temporalités globales ? C’est quoi les micro effondrements ? Est-ce que finalement on finit pas chaque jour un peu le monde ? Il faut qu’on parle, toustes les deux, cette nuit, entre les arbres et le feu, de comment on se sauve.


Crédits

Texte : Mécistée RHEA, Nanténé TRAORÉ
Mise en scène : Eli BERTRAND
Scénographie : Mécistée RHEA
Costumes : Zoé KINER-WOLFF
Création son : Léo HEITZ-GODOT (avec l'aide de Raphaëlle ALBANE)
Jeu : Cécile MOURIER, Mécistée RHEA

L'équipe artistique

Compagnie Conférence pour les Arbres

La compagnie Conférence pour les Arbres, basée à Strasbourg, s’occupe de trouver, documenter, partager, expérimenter, de nouvelles manières d'exister au sein d'un monde qui glisse vers sa fin.

Notre travail se construit autour de quatre piliers, que nous choisissons d'appeler tantôt outils, tantôt obsessions :

  • faire les récits de l'effondrement, garder la trace d'une expérience à la fois collective et intime.
  • nourrir les imaginaires de l'après, comme des phares qui nous feront traverser la tempête.
  • construire des esthétiques au croisement du naturel et de l'industriel mais aussi de l'analogique et du numérique.
  • être pluridisciplinaires tout en ayant le texte comme pièce centrale de leurs créations, faire mots c'est faire réalité.

Notre exploration vers la suite est aussi éthique. On ne construit pas un nouveau monde sans remettre en question les codes de l'ancien.

Nous sommes engagé·e·s pour une création dans la joie, dans la bienveillance, s'affranchissant d'un art qui pense que c'est quand on violente les artistes qu'iels donnent le meilleur d'elleux.

Nous sommes une équipe faite de femmes, de personnes racisées, de personnes trans, de personnes queers. Ces identités font notre force, nous portons sur scène des voix que l'on ne fera plus taire. Nous portons dans nos ventres des imaginaires nouveaux.